Description

Chers Frères, Que le Seigneur vous donne la Paix !

Pour vous, Frères de moins de dix ans ou de moins de sept ans ou de moins de Cinq ans (selon la pratique de chaque Entité), pour vous tous les frères qui vivent vos premières années de profession perpétuelle, un Chapitre de la Stuoie est proposé pour vous à Taizé du 7 au 14 juillet 2019 et dont le thème sera "Frères en dialogue".

 

Nous voulons illustrer le cheminement que nous avons pensé pour vous tous et qui vous accompagnera avant, pendant et après le temps du Chapitre à Taizé. Enfin, nous vous inviterons à fréquenter le site Web qui a été créé pour vous à cette occasion : ça sera une manière pour faire connaitre et communiquer avec beaucoup de frères Under Ten qui, dans les divers pays du monde, vivent comme vous (et différemment de vous) ce temps de la vie franciscaine.

Le dialogue

Le thème du dialogue a été choisi par notre Ministre Général qui, dans sa lettre de l’indication du Chapitre de la Stuoie Under Ten, nous a rappelé que « la nécessité d’être des tisseurs du dialogue, constructeurs des ponts, artisans de la paix, aujourd’hui plus que jamais, interpelle chacun de nous et la vie de nos fraternités ».

 

En outre, Taizé a été indiqué par Fr. Michael comme lieu du Chapitre pour sa grande valeur symbolique, comme « lieu qui, dans dizaine d’années, se vit et s’incarne le dialogue œcuménique et de réconciliation entre les peuples ». Comme vous le savez, en effet, à Taizé se vit dès 1940 une communauté monastique chrétienne, œcuménique et internationale, fondée par le Frère Roger Schutz. Actuellement, la communauté de Taizé compte une centaine de frères de différentes confessions chrétiennes, qui viennent de plus de 25 nations, et après la mort du fondateur, elle est guidée par le Frère Alois Löser. A Taizé, après la grande expérience du "Concile des jeunes" dans les années 70, des dizaines de milliers de jeunes du monde entier convergent chaque année pour prier avec la communauté, pour se rencontrer et réfléchir ensemble sur la proclamation de l'espérance de l'Evangile dans le monde aujourd'hui.

 

Vous aussi, chers Frères Under Ten, à Taizé, vous pouvez rencontrer non seulement les moines et prier avec eux, mais vous rencontrerez aussi beaucoup de jeunes et d'adultes avec qui faire l'expérience du dialogue.

 

Le mot dialogue (lat. colloquium) est entré pour la première fois en langage ecclésiastique dans l'Encyclique Ecclesiam suam du Pape Paul VI (1964), qui reste un très beau texte pour comprendre ce que cela signifie. De ce texte nous prenons quelques indications.

Selon les paroles de Paul VI, le dialogue trouve son origine dans la relation entre Dieu et l'homme: « L'histoire du salut raconte précisément ce dialogue long et varié qui part de Dieu et interagit avec l'homme une conversation variée et admirable » (ES 72).

 

Le dialogue de Dieu avec l'homme nous offre aussi le modèle d'un vrai dialogue entre nous-mêmes : il a été spontanément ouvert par l'initiative divine: « il appartiendra à nous de prendre l'initiative d'étendre le dialogue aux hommes, sans attendre d'être appelés » (ES 74).

 

Ainsi d'autres caractéristiques du dialogue de Dieu avec l'homme, comme la charité, pour se tourner même vers ceux qui n'ont aucun mérite, le fait de ne pas s'imposer par la force, mais de se proposer à la liberté humaine, de s'adresser à tout le monde, accepter une gradualité et les temps de maturation nécessaires (ES 75-79) deviennent des caractéristiques qui doivent aussi façonner le dialogue humain.

 

Le dialogue est la clé d'une relation efficace entre l'Église et le monde à notre époque: « Cette forme de relation indique un but d'exactitude, d'estime, de sympathie, de bonté de la part de ceux qui l'établissent; elle exclut la condamnation a priori, la polémique offensive et habituelle, la vanité de la conversation inutile. S'il ne vise pas à obtenir immédiatement la conversion de l'interlocuteur, parce qu'il respecte sa dignité et sa liberté, il vise néanmoins à son avantage et voudrait le disposer à une plus grande communion de sentiments et de convictions » (ES 81).

 

Enfin, nous rappelons du texte de l'encyclique (ES 83-84) certaines caractéristiques du dialogue:

  • La clarté avant tout, qui nous invite à revoir notre langue.
  • La douceur, semblable à celle du Christ doux et humble de cœur: le dialogue n'est pas orgueilleux, il n'est pas piquant, il n'est pas offensant. C'est paisible; évite les voies violentes; il est patient; il est généreux.
  • La confiance, tant dans la vertu du mot propre, que dans l'attitude de l'accepter de la part de l'interlocuteur, afin de promouvoir la confiance et l'amitié.
  • Enfin, la prudence pédagogique, qui prend en compte les conditions psychologiques et morales de l'auditeur.

Nous pouvons ainsi reprendre une belle expression de l'encyclique: « Dans le dialogue ainsi conduit l'union de la vérité avec la charité, de l'intelligence avec l'amour» (n ° 85) est réalisée.

 

N'étant pas en mesure de suivre maintenant l'évolution du Magistère des papes sur ce thème du dialogue, nous tenons à signaler que le pape François en parle aussi largement dans son encyclique Laudato si '.

 

Dans le chapitre V, qui présente des lignes directrices pour l'orientation et l'action, le concept de dialogue est constamment utilisé pour diviser le chapitre en cinq titres, qui sont les suivants: 1. dialogue sur l'environnement dans la politique internationale, 2. dialogue vers des nouvelles politiques nationales et locales, 3. dialogue et transparence dans les processus décisionnels, 4. politique et économie dans le dialogue pour la plénitude humaine, 5. religions en dialogue avec les sciences.

 

Le Pape François considère donc que l'instrument du dialogue est indispensable pour entreprendre des lignes d'action communes qui permettent la survie de l'humanité et de l'environnement, face aux risques graves auxquels notre « maison commune » est confrontée.

Un parcours en trois étapes

Comme tout le monde ne pourra pas participer physiquement à Taizé, mais au maximum deux ou trois frères par Entité, nous avons décidé de vous impliquer dans un parcours du chapitre divisé en trois phases: pré-chapitre, chapitre, post-chapitre, structuré selon le modèle: "voir", "Juge", "agir".

PRE-CHAPITRE

 

Pour chaque Ministre, Custode, Président, il a été demandé de convoquer une réunion pré-capitulaire pour tous les frères de l'Entité concernée, qui doit avoir lieu entre mai 2018 et mai 2019.

 

Cet événement peut prendre différentes formes dans les différentes Entités: dans certains être une réunion de tous les frères de moins de dix ans de profession solennelle de l'Entité, dans d'autres une réunion avec des groupes situés dans des différentes zones de l’Entité, dans d'autres encore vous pouvez trouver d'autres modalités.

 

Le Ministre, le Custode ou le Président confiera à un frère (le Modérateur de la formation permanente ou le responsable des frères de moins de 10 ans) d'organiser et de coordonner cette première étape du parcours pour le chapitre.

 

Dans ce parcours, nous proposons trois directions d'investigation, pour « voir » les signes du dialogue dans sa propre histoire, dans son propre pays, dans sa propre Entité.

 

Votre expérience de dialogue personnel

 

Tout d'abord, vous êtes invités à regarder en vous, à votre histoire personnelle.

 

Vous pouvez partir des expériences familiales fondamentales du dialogue dans votre enfance, en passant par votre expérience adolescente de dialogue, qui vous fait quitter la famille pour engager le dialogue avec vos amis et vos pairs, peut-être devrez-vous faire face aux expériences de refus du dialogue, une partie des autres ou même de vous, etc. En bref, il s'agit d'enquêter sur votre expérience personnelle de dialogue.

Un espace spécial devrait être dédié à votre dialogue avec les frères de la fraternité dans laquelle vous vivez après la profession solennelle. On soulignera ici les lumières et les ombres de son expérience du dialogue de moins de dix ans, dans ces années après la profession solennelle.

 

Si cela vous semble utile, pour aider la réflexion, vous pouvez compléter ces phrases:

  • Je suis convaincu que le dialogue est ...
  • Dans ma vie pratique, il y a le dialogue quand ...
  • En vue du dialogue, je vis des difficultés et des peurs ...
  • Dans ma vie, en pensant au dialogue, je voudrais ...
  • Qu'est-ce que Dieu a à faire avec mon expérience personnelle du dialogue?

Dialogue dans votre pays

 

Dans le deuxième moment de réflexion, nous vous invitons à questionner le besoin de dialogue dans votre pays, au niveau social, politique, ecclésial, etc.

 

Comme l'écrivait le Ministre Général dans sa lettre de convocation du Chapitre Under Ten, « les nombreux conflits qui se « vivent » encore aujourd'hui sur la scène internationale, le « pèlerinage » de beaucoup de nos frères et sœurs qui recherchent des ports de vie et de sécurité ; ils représentent des phénomènes qui ne peuvent nous laisser indifférents ".

 

Il est important de regarder autour de nous et de voir le besoin de dialogue dans notre monde, entre les hommes et les femmes de notre temps. Partout où il y a des conflits: ils peuvent être des hostilités entre partis, des religions, des classes sociales, des groupes ethniques, des affrontements économiques, des abus sociaux et environnementaux, etc. Nous vous invitons à identifier quelles situations dans votre pays qui ont le plus besoin d'un dialogue pour la réconciliation.

 

Peut-être que ces questions ou des questions similaires peuvent être utiles:

  • Quelles sont les expériences positives du dialogue dans mon pays?
  • Quels sont les risques du dialogue?
  • Y a-t-il également eu des échecs de dialogue dans mon pays?
  • Peut-être que la perspective de JPIC a à voir avec cela ...
  • Me semble-t-il que Dieu a à voir avec le dialogue dans mon pays?

Le dialogue de vos fraternités avec le monde

 

Après une réflexion sur votre expérience personnelle et sur la réalité dans votre pays, le troisième moment est de se concentrer sur le thème du dialogue au niveau de nos fraternités.

Nous voulons regarder la fraternité comme un sujet de dialogue avec le monde: un sujet « collectif », qui résulte de la somme des frères, mais qui est plus que chaque frère individuellement, parce qu’il s’agit de la fraternité dans son ensemble.

 

Nous vous invitons à questionner l'impact de la présence de vos fraternités dans le monde d'aujourd'hui et leur impact sur la société.

 

Voici les trois questions auxquelles vous répondrez :

  • Y a - t - il un dialogue entre ma fraternité et le contexte civil et social dans lequel elle s'inscrit?
  • Puis-je décrire les caractéristiques de ce dialogue? La collaboration ou la confrontation prévaut-elle?
  • S'il me semble que ma fraternité est « invisible », sans dialogue avec le monde d'aujourd'hui, puis-je identifier les raisons de cette situation?

Comme nous l'avons dit, cette première étape du parcours constitue l’objet qui sera traité dans l’événement pré-capitulaire des frères Under Ten dans chaque Entité.

 

Chaque Entité a le choix de comment activer une réflexion sur les trois points indiqués, en tenant compte du nombre de participants et des possibilités, en mettant en exergue les modalités propres pour chaque Entité pour réunir tous les Frères Under Ten soit ensemble soit dans différentes zones de l’Entité. Peut-être aussi une opportunité pour d'autres moments de réflexion, avant ou après un événement commun, à un niveau personnel ou en petits groupes ... Chaque Entité trouvera sa propre façon d'activer un parcours formatif efficace: ce qui compte est la participation et l’engagement de tous les frères de moins de dix ans de profession solennelle dans cette réflexion commune.

 

Nous adressons une invitation aux délégués au Chapitre à participer activement et de manière créative à l'événement pré-capitulaire de leur Entité afin de bien intérioriser cette expérience, puisqu' ils seront ensuite invités à la partager lors du chapitre de Taizé.

 

CHAPITRE

 

Les Ministres Provinciaux, les Custodes, les Présidents de vos Entités devront choisir les délégués à envoyer au chapitre qui, comme cela a été dit, aura lieu à Taizé du 7 au 14 Juillet 2019.

 

Pour des raisons d'organisation, chaque province peut envoyer un nombre de délégués de 1 à 3, chaque Custodie de 1 à 2, chaque fondation 1.

 

Au cours du Chapitre, vos délégués seront invités à mettre en application les critères pour « juger » ce que vous avez vu dans la phase de pré-chapitre, l'approfondissement des fondements d'une réflexion chrétienne et franciscaine sur le dialogue.

Pour bien approfondir ces réflexions, pendant les jours du Chapitre à Taizé, nous suivrons quelques interventions, entre autre l'intervention de Fr. Michael Perry OFM, notre Ministre Général, qui nous présentera la situation actuelle du dialogue ; puis la réflexion du Fr. Alois Löser, Prieur de la Communauté de Taizé, sur le modèle du dialogue offert par Jésus et la première communauté chrétienne ; ensuite, l'intervention du Fr. Cesare Vaiani OFM, Secrétaire Général pour la Formation et les Etudes, sur le modèle du dialogue offert par saint François et la première fraternité franciscaine et, enfin, le témoignage de cinq délégués Under Ten sur le vécu du dialogue dans les cinq continents.

 

Les reportages seront disponibles "en direct" via Internet et aussi à partir de la page Web (textes), et donc, les frères qui ne seront pas présents à Taizé, pourront suivre cette deuxième étape du parcours chapitre.

 

POSTCAPITOLO

 

Enfin, après le chapitre à Taizé, entre août et décembre 2019, dans chaque Entité se tiendra un autre événement post-chapitre, semblable à celui déjà célébré en phase pré-capitulaire et donc convoqué par les Ministres Provinciaux, les Custodes, les Présidents, et organisé par le Frère chargé (le Frère Modérateur de Formation Permanente ou le Frère chargé pour les Frères Under Ten).

 

Le but de cette réunion est de faire participer tous les frères Under Ten de l’Ordre à l’événement de Taizé, alors les frères qui étaient à Taizé auront le devoir de partager cette expérience avec les frères Under Ten de l’Entité, pour que la réflexion sur le dialogue puisse être réellement partagée et surtout trouver un débouché opérationnel.

 

Encore une fois, comme dans la phase de pré-chapitre, chaque entité devra trouver les modalités possibles et utiles pour la participation de tous les Frères Under Ten : soit organiser une rencontre de tous ensemble dans un endroit, soit organiser des rencontres dans les différentes zones de l’Entité...

 

Dans cette phase post-chapitre, les délégués qui ont participé à la semaine de Taizé seront appelés à partager leur expérience avec les autres Frères de leur Entité. Nous suggérons de dire ce qu'ils ont vu et vécu à Taizé, non seulement le contenu des rapports écouté (et qui sera également disponible sur le site) mais surtout ce que tout le monde a pu partager dans des échanges de groupe, dans des réunions avec d'autres Under Ten d’autres pays, l'impression ressentie par la communauté de Taizé et son style de prière, les suggestions, les questions et les défis que chacun pouvait rassembler.

 

En plus de ce partage, l'objectif de cette étape est que les Frères Under Ten terminent ensemble la dernière étape du parcours, dans laquelle les frères sont invités à opérer des choix concrets adaptés à chaque réalité, pour mettre en œuvre l'événement célébré (« faire »).

 

Nous vous suggérons que les choix pour « agir » soient faits suivant le même schéma utilisé dans le premier moment de « voir »: afin de trouver ainsi les choix à faire dans vos propres vies, dans vos propres pays, dans vos rapports avec vos Fraternités.

 

"Agir" dans votre vie personnelle

 

En reprenant les observations que vous avez faites sur l'expérience du dialogue dans votre histoire personnelle et surtout au cours des dernières années après la profession solennelle, vécues dans une Fraternité spécifique, et en confrontant votre expérience personnelle avec le modèle de Jésus et de François, ainsi que de la première communauté chrétienne et la première fraternité franciscaine, quelles indications pratiques paraissez-vous émerger?

 

Nous vous invitons à faire dialoguer votre expérience personnelle à la lumière de l'Evangile et à en tirer quelques conséquences opérationnelles. Chacun pourra se demander avec qui faire le dialogue ou avec qui l’approfondir. Chacun peut se demander comment surmonter les obstacles au dialogue qu'il rencontre dans sa propre expérience.

 

"Agir" dans votre pays

 

Encore une fois, regardez la situation dans votre pays que vous avez traitée dans la phase de pré-chapitre ; elle doit être mise en purification suivant les suggestions qui viennent de Jésus et de la première communauté chrétienne comme de François et de la première Fraternité. 

  • Si vous mettez en relation les problèmes et les possibilités de dialogue qui existent dans votre pays avec le modèle évangélique, quelles suggestions opérationnelles pouvez-vous saisir?
  • Jésus est entré en dialogue avec la société civile et religieuse de son temps: aujourd'hui, comment pouvez-vous accroître les opportunités de dialogue dans le contexte social et civil de votre pays?
  • Si vous pensez que vous ne pouvez pas faire grand-chose seuls, quelles sont les organisations existantes qui favorisent déjà le dialogue et que vous pourriez essayer d'aider?
  • Avec qui pouvez-vous le rapprocher pour promouvoir une culture de dialogue pacifique et fructueux?
  • Quels sont les signes concrets possibles et efficaces dans votre pays?

"Agir" dans sa propre Fraternité

A partir des observations que vous avez faites à l'étape pré-chapitre sur l'incidence de la présence de votre Fraternité dans le monde d'aujourd'hui et leur impact sur la société, et en vous confrontant avec les suggestions qui viennent de l'Evangile et de la tradition franciscaine, quels choix opérationnels sembleront utiles et possible dans votre contexte?

 

Lorsqu’on parle de Fraternité, personne ne peut prétendre décider seul pour tous : quels peuvent être les parcours formatifs à proposer dans vos fraternités pour choisir ensemble des gestes, des initiatives, des pratiques de vie qui peuvent améliorer l'impact de nos fraternités avec le monde?

Souhaits

Chers Frères, qui vivez avec joie et avec peine les premières années après la profession solennelle, nous vous souhaitons de continuer votre voyage avec fidélité et persévérance. À cette fin, nous avons tous un instrument fondamental, qu’est l'accompagnement fraternel. Depuis quelques années, vous avez choisi de partager la vie des Frères Mineurs, vous vous êtes retrouvés accompagnés de nombreux frères: certains, comme formateurs, gardiens ou ministres, ont eu un rôle spécifique dans ce voyage; d'autres, comme vos compagnons ou les frères de vos fraternités, ont joué un rôle moins évident mais peut-être plus important dans cet accompagnement.

 

Dans ce cheminement, nous espérons que ce parcours autour du Chapitre de Taizé de 2019 puisse également devenir un élément de croissance et de maturation. Vous ne savez pas (et nous ne savons même pas) quel sera le résultat pour chacun de vous si vous choisissez de vous engager dans cette proposition. Mais un résultat certain sera de croître dans l'échange d'idées, d'expériences, de relations et d'affection fraternelle avec de nombreux frères. Précisément à travers ces rencontres et échanges, une fois de plus, le Seigneur fera des merveilles dans votre vie. Parce que même à chacun d'entre nous, comme François d'Assise, Dieu se révèle à travers les frères: « Quand le Seigneur m'a donné des frères, personne ne me montrait ce que je devais faire, mais le Très-Haut lui-même me révéla ce que je devais vivre selon la forme du saint Evangile ".

 

François a découvert sa forme de vie évangélique « quand le Seigneur lui a donné des frères »; cela arrive aussi chaque jour pour nous aussi, quand nous nous laissons rejoindre par les frères que le Seigneur met à côté de nous. Ce parcours avant, pendant et après le Chapitre Under Ten est une opportunité de croître dans la disponibilité à l'Esprit du Seigneur, qui nous parle à travers nos frères.

 

Bonne route à tous, Frères Under Ten!

Arriere
Powrót do góry